mardi 14 juillet 2020

dimanche 28 juin 2020

Dans la tête de Donald Trump

Ex-conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump et ancien ambassadeur de l’administration de George W. Bush auprès des Nations Unis, John Bolton, publie enfin son livre sur l’actuel chef de la maison blanche (The Room Where it Happened, a White House Memoir, Simon & Schuster, 2020).

Sa sortie a été ardemment attendue et pour cause. Les fuites savamment orchestrées et les tentatives multiples de Trump de bloquer sa parution, auguraient d’un contenu explosif et de récits alléchants et prometteurs pour les lecteurs curieux.  

mardi 16 juin 2020

Abdelbasset Al-Sarout: chronique d'une révolution trahie

Le personnage d'Abdelbasset Al-Sarout incarne probablement le mieux le parcours de la révolution syrienne, ses débuts radieux et spontanés, ses erreurs et ses errements, et finalement ses dénouements tragiques. 

jeudi 4 juin 2020

Le conquérant, le despote et Saint-Jean-d’Acre

Portant sur le siège qu’a imposé Napoléon à Akka (Acre) à la fin du dix-huitième siècle lors de sa campagne orientale, le récit historique accouche dans le roman d’Ala Hlehel «Bon Vent Bonaparte!» (Actes Sud/Sindbad, 2019) d’un univers fictif aussi extravagant que réaliste. Un univers qui lie Napoléon et Ahmad Pacha Jazzâr dans leur banale humanité, et qui raconte leur terrible duel, entouré chacun de personnages réels, mais réinventés par l’auteur et investis dans la trame de la tragédie qu’ont vécu des centaines de milliers de personnes.

mardi 2 juin 2020

Black Lives Matter

If Whiteness is a metaphor for power as James Baldwin put it, Blackness is a metaphor for being exploited, dominated, expropriated, abused and sometimes massacred by people of power for centuries. But It can also be a metaphor for standing up, struggling and fighting for justice, dignity and equality, with all the risks that such a struggle or fight might engender.
 
Those who are replacing “Black Lives matter” with “All Lives matter” might in some cases have good intentions. In most cases, however, they remind me of the ones who condemn violence in Occupied Palestine or in Syria putting Israeli soldiers and settlers on the same level with Palestinians who are dispossessed of their lands and homes, or Assadist forces on the same level with Syrians who are bombed, displaced and tortured. To put it differently, their argument is similar to responding to feminist slogans that deconstruct masculine domination, by evoking few incidents that targeted men and thus calling for removing any reference to masculinity or to patriarchy when talking about oppressing women.
 

“Black Lives matter” is a powerful slogan. It is first and foremost about the protection of Black people from police (and other) racist brutality, about solidarity with them (in the US and in our own countries); but it is also about protecting and supporting all those oppressed everywhere, if blackness is understood as a universal political metaphor…
Ziad Majed

In Idlib, Syria

vendredi 15 mai 2020

What Is Behind the Tensions Inside Syria's Regime?

In Carnegie's Diwan regular survey of experts on matters relating to Middle Eastern and North African politics and security, Ziad Majed (among other researchers) analyzes the dynamics of the Assad-Makhlouf rift.
"The tensions inside the inner circle of the Syrian regime reflect three dynamics. The first pertains to the family. Since the Russian military intervention in 2015, followed by the death of Bashar al-Assad’s powerful mother in 2016, the Makhloufs (his mother’s family) have been gradually ousted from positions of authority. The measures against Rami, who once controlled more than 50 percent of Syria’s economy, complete this process—after his brother Hafez and father Mohammed. He is being replaced by businessmen close to Asma, Bashar’s influential wife, in an attempt to enlarge the regime’s clientelistic networks.
The second is related to Russian pressure on Assad. Moscow wants to restructure state institutions, reorganize the army, and centralize the decisionmaking mechanisms under its command, in order to negotiate reconstruction contracts with possible Western and Chinese partners and bring Russian companies and entrepreneurs into a fully controlled theater of operations. To achieve such a situation, Iranian influence within regime circles has to be reduced and Syrian tycoons with monopoles (and Iranian ties) should be sidelined. For Assad, this provides an opening to get rid of his cousin, with his bad reputation, and say he is doing his best to fulfill Russian requirements.
The third can be read through the analysis of the regime’s history and the tensions and defections it faced. After the removal of Rif‘at al-Assad, Bashar’s uncle, in 1984, of Ghazi Kan‘an, the strongman of the security services, in 2005, and of Assef Shawqat, Bashar’s brother in law, in 2012, the Makhloufs are now being targeted. This is not surprising in totalitarian regimes with sectarian, tribal, and familial considerations—often built on the basis of delicate equations.
All this means that the regime will be facing increasing pressure and internal struggles in the coming months. Russia needs official international recognition of its hegemony over Syria and its reconstruction projects. Iran will not agree to be marginalized. And Bashar is mainly concerned with his “reelection” in 2021. Meanwhile, other foreign actors, such as Turkey and the United States, are also reassessing their roles and reshaping relations with their local allies in Syria’s northwest and northeast in preparation for the next phases".

mardi 3 mars 2020

What shall we write about Idlib?

For many months, death has loomed over Idlib. It has rained down on its people, flung by monsters in the form of barrel bombs, missiles, and hellfire; pouring down from the clouds on homes, schools, and hospitals; killing children and paramedics; destroying playgrounds, bakeries, and shelters; turning cities and towns into piles of rubble and smoke.

mercredi 12 février 2020

Syria: The regime of looting and devouring corpses

Myriad are the horrors imposed on Syrians by the Assad regime over the years, throughout its decades in power. It is particularly frightening the amount of violence inflicted upon them (and upon the Palestinians of Syria) during the past seven years. It suffices to recount the names of cities and towns across the map of the country in order to bring to mind the massacres carried out in those places, and the instances of siege, starvation, displacement, torture and killing by barrel bombs or chemical weapons.

lundi 10 février 2020

Du printemps avorté à la révolution d’octobre

Dans son ouvrage «Le printemps de Beyrouth n’aura pas lieu, Analyse de l’œuvre inachevée de Samir Kassir» (FSK, 2019), Julien Ricour-Brasseur explore le travail, l’engagement politique de l’intellectuel beyrouthin et certains épisodes de sa vie durant la décennie qui a précédé son assassinat le 2 juin 2005.

dimanche 10 novembre 2019

De Santiago à Beyrouth, les luttes pour une «vraie» démocratie

Un direct de Médiapart sur les soulèvements et révolutions au Liban, au Chili et en Haïti, avec Ziad Majed, professeur associé à l’université américaine de Paris, spécialiste du Liban et de la Syrie et auteur de Syrie, la révolution orpheline (Actes Sud) ; Anita Tijoux, artiste franco-chilienne et figure du hip-hop latino-américain ; Lyonel Trouillot, écrivain haïtien, auteur de Ne m’appelle pas Capitaine (Actes Sud).

jeudi 7 novembre 2019

Trois observations sur une révolution en cours

Le soulèvement populaire qui se poursuit au Liban depuis le 17 octobre ne cesse de surprendre et d’élargir les espaces de citoyenneté au cœur de la ville.
Plusieurs observations de ses caractéristiques, ses dynamiques et ses nouveautés sont à analyser, dont les trois suivantes.

jeudi 31 octobre 2019

Un air de Mai 68 au Liban


Depuis le 17 octobre 2019, se produit au Liban un soulèvement populaire sans précédent. Des centaines de milliers de citoyens et citoyennes occupent les places des grandes et moyennes villes du pays. Ils réclament la chute du régime et des réformes économiques et politiques. 
L’ampleur de cette contestation surprenante par sa forme, s’explique surtout par des raisons tenant d’un contexte national bien particulier.

samedi 26 octobre 2019

Sur le soulèvement populaire au Liban

Des centaines de milliers de citoyens et citoyennes occupent les places des grandes et moyennes villes du Liban depuis le 17 octobre 2019. Ils réclament la chute du régime et des réformes économiques et politiques.

Pour comprendre l'ampleur de ce qui se passe, voilà quelques entretiens, émissions et articles.

Entretien sur le Liban et le grand soulèvement populaire contre la classe politique, en deux parties sur le site de France 24.
- Première Partie: «Le pouvoir veut calmer la rue, mais les Libanais n'ont plus confiance» 

- Deuxième Partie: «La classe politique libanaise face à un dilemme: Comment réformer le système sans se suicider?»

Table ronde sur France Culture.

samedi 5 octobre 2019

Entretien sur les enjeux autour de la Syrie - Octobre 2019

Un long entretien avec Ziad Majed dans Political, sur la situation actuelle en Syrie, la position de M. Macron, la visite de la délégation de l'extrème droite française à Damas, la propagande assadienne et ses relais, les politiques russes et iraniennes, et la reconstruction et l'impunité.
Pour lire l'entretien, veuillez cliquer sur ce lien.

samedi 28 septembre 2019

Les acquis persistants des révolutions arabes

Le monde arabe a connu en 2011 une succession de révolutions et de soulèvements populaires. De Tunis au Caire, de Sanaa à Manama, de Benghazi à Deraa, Homs et Alep, ces révolutions ont affronté des régimes de tyrannie, de corruption et de suspension du temps politique. Elles ont suscité un énorme espoir et réussi en deux ans à pousser trois présidents crus indéboulonnables – Zine El Abidine Ben Ali, Hosni Moubarak et Ali Abdallah Saleh – à la sortie. Une intervention militaire internationale a fait chuter un quatrième, Mouammar Kadhafi. Des élections relativement libres en Tunisie, en Egypte et en Libye ont suivi, et des projets de constitutions ont été présentés aux grands débats. De nouvelles dynamiques politiques paraissaient à l’ordre du jour, partout dans la région.

samedi 8 juin 2019

La terre, métaphore de la permanence

C’est à travers dix-huit témoignages racontant la Nakba palestinienne et un recueil de photographies de Jérusalem, que cet ouvrage « Palestine 1948, Jérusalem 2018 »[1] restitue à la fois une mémoire des victimes et de leur résilience, et un portrait du quotidien de leur ville-symbole qui leur est devenue inaccessible.

samedi 1 juin 2019

Monde arabe: des révolutions qui se suivent et ne se ressemblent pas

Les actuels soulèvements populaires en Algérie et au Soudan sont l’occasion de revisiter les six révolutions, en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Yémen, à Bahreïn et en Syrie, qui ont bouleversé le monde arabe à partir de 2011, et de comprendre ce qui les rapproche et les distingue.
Un article de Nadia Leïla Aïssaoui et Ziad Majed publié dans Médiapart

lundi 22 avril 2019

Le Moyen-Orient ou le règne de l’impunité

Préface de Ziad Majed du livre de Ghaïss Jasser "Pour que le Moyen-Orient retrouve la paix" paru chez l'Harmattan, Paris, Mars 2019.

Il était difficile d’imaginer en 2011, quand les syriens et syriennes se sont soulevés contre un régime qui les opprimait depuis quatre décennies, que la violence qui s’abattrait sur eux serait si féroce. Il était d’autant plus impensable que la communauté internationale resterait huit ans durant muette, paralysée, sourde à leurs souffrances et aux interventions militaires dévastatrices iraniennes et russes.

samedi 6 avril 2019

Du Moyen-Orient et des idées reçues

Dans un contexte de foisonnement de représentations du Moyen-Orient en France (et en Occident en général), Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud proposent avec leur ouvrage « Moyen-Orient, Idées reçues sur une région fracturée » (Editions le Cavalier Bleu, Paris 2019) des analyses offrant des points de repère nuancés, afin de mieux appréhender cette région du monde.

jeudi 28 février 2019

Conférences sur la Syrie en Mars 2019, à Londres, Paris et Bourges

- London, SOAS Syria Society
"The Impacts of Trump's Withdrawal from Syria", Talk + Q&A with Gilbert Achcar and Ziad Majed.
Date: Tuesday 5 March 2019 at 19h.
Place: SOAS University of London, Khalili Lecture Theatre.

- Paris, Association Revivre
"La question syrienne en 2019", discussion avec Ziad Majed.
Date: Samedi 9 mars 2019 à 16h.
Lieu: AEPP - 4 rue Titon à Paris 11ème.
Pour plus d'information, veuillez cliquer ici.


- Paris, Institut du Monde Arabe
"Dans la tête de Bachar Al-Assad", débat animé par Leila Vignal, avec Ammar Abd Rabbo, Sarah Kilani et Ziad Majed.
Date; Jeudi 14 mars 2019 à 19h.
Lieu: IMA, (salle du haut conseil, Niveau 9), 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris (Niveau 9).
Pour plus d'information et pour vous inscrire, veuillez cliquer ici.

- Paris, Assemblée Nationale et Association Revivre
"Syrie, notre propre humanité en question", débat animé pas Isabelle Hausser, avec Joël Hubrecht, Garance Le Caisne, Michel Morzière et Ziad Majed.
Date: Lundi 25 mars 2019 à 19h.
Lieu: Assemblée Nationale (salle Colbert), 126, rue de l'Université, 75007 PARIS
Pour plus d'information et pour vous inscrire, veuillez cliquer ici.

- Bourges, Association Medina
"Dans la tête de Bachar Al-Assad", avec Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed.
Date: Mardi 26 mars 2019 à 18h30.
Lieu: Amphithéâtre CHAMARD de l’IUT de Bourges, 63 avenue de Lattre de Tassigny.
Pour plus d'information, veuillez cliquer ici.