mercredi 12 février 2020

Syria: The regime of looting and devouring corpses


Myriad are the horrors imposed on Syrians by the Assad regime over the years, throughout its decades in power. It is particularly frightening the amount of violence inflicted upon them (and upon the Palestinians of Syria) during the past seven years. It suffices to recount the names of cities and towns across the map of the country in order to bring to mind the massacres carried out in those places, and the instances of siege, starvation, displacement, torture and killing by barrel bombs or chemical weapons.

lundi 10 février 2020

Du printemps avorté à la révolution d’octobre

Dans son ouvrage «Le printemps de Beyrouth n’aura pas lieu, Analyse de l’œuvre inachevée de Samir Kassir» (FSK, 2019), Julien Ricour-Brasseur explore le travail, l’engagement politique de l’intellectuel beyrouthin et certains épisodes de sa vie durant la décennie qui a précédé son assassinat le 2 juin 2005.

dimanche 10 novembre 2019

De Santiago à Beyrouth, les luttes pour une «vraie» démocratie

Un direct de Médiapart sur les soulèvements et révolutions au Liban, au Chili et en Haïti, avec Ziad Majed, professeur associé à l’université américaine de Paris, spécialiste du Liban et de la Syrie et auteur de Syrie, la révolution orpheline (Actes Sud) ; Anita Tijoux, artiste franco-chilienne et figure du hip-hop latino-américain ; Lyonel Trouillot, écrivain haïtien, auteur de Ne m’appelle pas Capitaine (Actes Sud).

jeudi 7 novembre 2019

Trois observations sur une révolution en cours

Le soulèvement populaire qui se poursuit au Liban depuis le 17 octobre ne cesse de surprendre et d’élargir les espaces de citoyenneté au cœur de la ville.
Plusieurs observations de ses caractéristiques, ses dynamiques et ses nouveautés sont à analyser, dont les trois suivantes.

jeudi 31 octobre 2019

Un air de Mai 68 au Liban


Depuis le 17 octobre 2019, se produit au Liban un soulèvement populaire sans précédent. Des centaines de milliers de citoyens et citoyennes occupent les places des grandes et moyennes villes du pays. Ils réclament la chute du régime et des réformes économiques et politiques. 
L’ampleur de cette contestation surprenante par sa forme, s’explique surtout par des raisons tenant d’un contexte national bien particulier.

samedi 26 octobre 2019

Sur le soulèvement populaire au Liban

Des centaines de milliers de citoyens et citoyennes occupent les places des grandes et moyennes villes du Liban depuis le 17 octobre 2019. Ils réclament la chute du régime et des réformes économiques et politiques.

Pour comprendre l'ampleur de ce qui se passe, voilà quelques entretiens, émissions et articles.

Entretien sur le Liban et le grand soulèvement populaire contre la classe politique, en deux parties sur le site de France 24.
- Première Partie: «Le pouvoir veut calmer la rue, mais les Libanais n'ont plus confiance» 

- Deuxième Partie: «La classe politique libanaise face à un dilemme: Comment réformer le système sans se suicider?»

Table ronde sur France Culture.

samedi 5 octobre 2019

Entretien sur les enjeux autour de la Syrie - Octobre 2019

Un long entretien avec Ziad Majed dans Political, sur la situation actuelle en Syrie, la position de M. Macron, la visite de la délégation de l'extrème droite française à Damas, la propagande assadienne et ses relais, les politiques russes et iraniennes, et la reconstruction et l'impunité.
Pour lire l'entretien, veuillez cliquer sur ce lien.

samedi 28 septembre 2019

Les acquis persistants des révolutions arabes

Le monde arabe a connu en 2011 une succession de révolutions et de soulèvements populaires. De Tunis au Caire, de Sanaa à Manama, de Benghazi à Deraa, Homs et Alep, ces révolutions ont affronté des régimes de tyrannie, de corruption et de suspension du temps politique. Elles ont suscité un énorme espoir et réussi en deux ans à pousser trois présidents crus indéboulonnables – Zine El Abidine Ben Ali, Hosni Moubarak et Ali Abdallah Saleh – à la sortie. Une intervention militaire internationale a fait chuter un quatrième, Mouammar Kadhafi. Des élections relativement libres en Tunisie, en Egypte et en Libye ont suivi, et des projets de constitutions ont été présentés aux grands débats. De nouvelles dynamiques politiques paraissaient à l’ordre du jour, partout dans la région.

samedi 8 juin 2019

La terre, métaphore de la permanence

C’est à travers dix-huit témoignages racontant la Nakba palestinienne et un recueil de photographies de Jérusalem, que cet ouvrage « Palestine 1948, Jérusalem 2018 »[1] restitue à la fois une mémoire des victimes et de leur résilience, et un portrait du quotidien de leur ville-symbole qui leur est devenue inaccessible.

samedi 1 juin 2019

Monde arabe: des révolutions qui se suivent et ne se ressemblent pas

Les actuels soulèvements populaires en Algérie et au Soudan sont l’occasion de revisiter les six révolutions, en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Yémen, à Bahreïn et en Syrie, qui ont bouleversé le monde arabe à partir de 2011, et de comprendre ce qui les rapproche et les distingue.
Un article de Nadia Leïla Aïssaoui et Ziad Majed publié dans Médiapart

lundi 22 avril 2019

Le Moyen-Orient ou le règne de l’impunité

Préface de Ziad Majed du livre de Ghaïss Jasser "Pour que le Moyen-Orient retrouve la paix" paru chez l'Harmattan, Paris, Mars 2019.

Il était difficile d’imaginer en 2011, quand les syriens et syriennes se sont soulevés contre un régime qui les opprimait depuis quatre décennies, que la violence qui s’abattrait sur eux serait si féroce. Il était d’autant plus impensable que la communauté internationale resterait huit ans durant muette, paralysée, sourde à leurs souffrances et aux interventions militaires dévastatrices iraniennes et russes.

samedi 6 avril 2019

Du Moyen-Orient et des idées reçues

Dans un contexte de foisonnement de représentations du Moyen-Orient en France (et en Occident en général), Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud proposent avec leur ouvrage « Moyen-Orient, Idées reçues sur une région fracturée » (Editions le Cavalier Bleu, Paris 2019) des analyses offrant des points de repère nuancés, afin de mieux appréhender cette région du monde.

jeudi 28 février 2019

Conférences sur la Syrie en Mars 2019, à Londres, Paris et Bourges

- London, SOAS Syria Society
"The Impacts of Trump's Withdrawal from Syria", Talk + Q&A with Gilbert Achcar and Ziad Majed.
Date: Tuesday 5 March 2019 at 19h.
Place: SOAS University of London, Khalili Lecture Theatre.

- Paris, Association Revivre
"La question syrienne en 2019", discussion avec Ziad Majed.
Date: Samedi 9 mars 2019 à 16h.
Lieu: AEPP - 4 rue Titon à Paris 11ème.
Pour plus d'information, veuillez cliquer ici.


- Paris, Institut du Monde Arabe
"Dans la tête de Bachar Al-Assad", débat animé par Leila Vignal, avec Ammar Abd Rabbo, Sarah Kilani et Ziad Majed.
Date; Jeudi 14 mars 2019 à 19h.
Lieu: IMA, (salle du haut conseil, Niveau 9), 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris (Niveau 9).
Pour plus d'information et pour vous inscrire, veuillez cliquer ici.

- Paris, Assemblée Nationale et Association Revivre
"Syrie, notre propre humanité en question", débat animé pas Isabelle Hausser, avec Joël Hubrecht, Garance Le Caisne, Michel Morzière et Ziad Majed.
Date: Lundi 25 mars 2019 à 19h.
Lieu: Assemblée Nationale (salle Colbert), 126, rue de l'Université, 75007 PARIS
Pour plus d'information et pour vous inscrire, veuillez cliquer ici.

- Bourges, Association Medina
"Dans la tête de Bachar Al-Assad", avec Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed.
Date: Mardi 26 mars 2019 à 18h30.
Lieu: Amphithéâtre CHAMARD de l’IUT de Bourges, 63 avenue de Lattre de Tassigny.
Pour plus d'information, veuillez cliquer ici.

mercredi 28 novembre 2018

Inside the mind of Bashar Al-Assad: Author explores brutal dictatorship

An interview with Ziad Majed on the book he co-authored with Subhi Hadidi and Farouk Mardam-Bey: "Dans la tête de Bachar Al-Assad" - France 24

 

jeudi 22 novembre 2018

lundi 5 novembre 2018

Syrie et Yémén: Entretien avec Franck Mermier sur l'écriture et la guerre

Franck Mermier est anthropologue, directeur de recherches au CNRS et ancien directeur du Centre français d’études yéménites (Sanaa) et des études contemporaines à l’Institut Français du Proche-Orient (Beyrouth).
Après « Les villes divisées. Récits littéraires et cinématographiques », un ouvrage qu’il a codirigé avec Véronique Bontemps et Stephanie Schwerter (Septentrion, Paris 2018), deux nouveaux livres sur la Syrie et le Yémen sous sa direction (et sa traduction en collaboration avec Marianne Babut et d’autres traducteurs) sont parus aux éditions Classiques Garnier à Paris.
Entretien - Nadia Leïla Aissaoui et Ziad Majed

dimanche 9 septembre 2018

The man from Raqqa

This man's look has haunted me for three days, and despite my attempts to forget it, I keep searching for it constantly. I did not know, before yesterday, that he died hours after this photo was shot. He is one of those forgotten on the banks of the Euphrates, in the Syrian city of Raqqa, where death floods people’s lives from every direction shredding them as well as their homes into pieces...


The man looks at us in astonishment, with sadness, with sorrow, with blame, or perhaps with carelessness. His face, with horrors engraved in it, is an apocalyptic ruin, just like the faces we would imagine in a Greek tragedy, or rather nothing like what we know or imagine. How can we understand the look of a man who was broken by the bombing that brought him closer to his death, who sees the camera lens focused on his own ruins and sends us through it his last beam of soul!?
Did he know he would be extinguished a bit later? Did he want to leave us with a glimpse of what he was going through? Did he want us to interpret what his eyes said in that second, or do we do that to explain to ourselves why we stare at his image, write about it and about our helplessness and despair?

This man from Raqqa is, despite representing the Syrian tragedy in his face and his look, still an individual who was devastated by horrible bombardment, who had a life, a career, had his mistakes, dreams and unfinished projects. He probably had some papers left in a drawer, secrets kept by walls and streets. He had other photos, either alone or with his family and friends.
This man from Raqqa had a name, Obeid AlKaaka-Jeh, that disappeared behind his eyes and became the property of a collective memory, shared between those who witnessed his death and those who saw their own tragedy mirrored on the pain of his last mysterious look.

Ziad Majed
Thanks to Fadel Abuelula for translating the text from Arabic